Accueil News Article News

Ambassadeur Agalawal : « Mon souhait est de voir les humoristes prospérer

Publie le mercredi 02 octobre 2019

Après Bamba Bakary et Claudia Tagbo, l’ambassadeur Agalawal vient rallonger la liste de succès ivoiriens à prester au grand rendez-vous mensuel de l’humour « Lubum comédie club » organisé à Lubumbashi dans le Haut Katanga. Agalawal, pour qui le pays hôte n’a presque plus de secret suite à ses brillantes prestations au festival « Toseka » organisé à Kinshasa, participe pour la toute première fois à cette rencontre qui se veut un espace culturel de promotion des jeunes talents humoristes. Dans les coulisses, l’ambassadeur ivoirien qu’a rencontré Media Congo Press (MCP) retrace son parcours.

Media Congo Press (MCP) : qui êtes-vous et que faites-vous ici ?

AG : Je m’appelle ambassadeur Agalawal, jeune humoriste ivoirien, mais je vois hein (rire). Je suis à Lubumbashi sur invitation de lubum comédie club qui est un spectacle qui se tient fréquemment à Lubumbashi.

Parlez-nous de vos premières années de gloire dans la comédie.

J’ai commencé officiellement l’humour en 2009, avec une émission spectacle humoriste qui se fait chaque année à Abidjan sur la télévision ivoirienne. C’est au travers de cette émission qu’Abidjan m’a connu. De 2009 à 2019, je me suis suffisamment produit. J’ai participé plus de 3 fois au festival kinois « Toseka ». J’ai notamment participé au festival de Jammel à Marrakech, à Abidjan je me suis plusieurs produit avec le festival Gondwané, le Parlement du rire et le festival de Mamane. Et chaque année, je fais mes propres spectacles au palais de la culture à Abidjan. On a fait une tournée dans pratiquement toute la France, sous l’initiative de Mamane.

Votre nom a traversé les frontières ivoiriennes, parlez-nous de vos premiers pas dans la comédie.

Ouf ! C’était compliqué ! Lorsque l’humour me taquinait, j’étais au lycée, je voulais sincèrement rester concentré sur mes études d’abord, pourquoi, parce que je voulais avoir une base intellectuelle solide avant de me lancer. Lorsque je suis arrivé à l’université, j’ai commencé à côtoyer les grands humoristes, comme Adama Daiko et Zango. Ces gens m’ont porté haut et ont contribué à mon succès. C’est à travers leur encadrement que j’étais contacté à la chaine ivoire pour participer à l’émission spectaculaire qui s’appelait « Bonjour » c’est au travers mon numéro de : « Il y a deux cas. »

Envisagiez-vous une autre carrière avant la comédie ?

Pas du tout ! Moi, je suis comme une page vierge, je suis celui qui se laisse guider par le destin et je ne suis pas dans les illusions, je compte plus sur mes capacités naturelles.

Avez-vous été tenté une fois de faire la politique ?

Même pas ! La politique ne m’intéresse même pas du tout… Elle est faite pour ceux qui s’y sentent mieux. La politique et moi, on ne fait pas bon ménage au fait, je critique beaucoup la politique et les politiciens, mais je ne le fais pas dans le mauvais sens, c’est pour d’ailleurs faire avancer les choses, si je fais la politique qui va critiquer l’autre ? C’est on dirait quelqu’un qui est au balcon et en même temps, il se voit dans la rue (rire)

Des projets ?

Je suis en train de réfléchir sur mon propre festival. Mais mon plus grand rêve, c’est celui de voir les humoristes prospérer.

Que représente pour vous le Parlement du rire ?

Pour moi le Parlement du rire est un bon carrefour pour fédérer tous les humoristes africains, c’est un bon symbole de l’humour africain. Grace au parlement du rire, j’ai découvert beaucoup d’humoristes congolais que je n’ai jamais connus, je pense que c’est une bonne retrouvaille.

Votre dernier mot ?

Pour moi le Parlement du rire est un bon carrefour pour fédérer tous les humoristes africains, c’est un bon symbolise de l’humour africain. Et surtout, j’ai été frappé par le robot régulateur, bien qu’il soit trop gros. Ça prouve qu’il y a une avancée au niveau de la technologie. Si vous êtes fatigué de ce robot, il faut nous le ramener à Abidjan. (Rire).

Channel Shiku Katanga

Source: Mediacongo.net

Source: Autre Presse


Lire aussi

INFOS GAZOILS

Kikkar Awards 1ère édition
Le samedi 01 mai 2021 : A 19h
Festival du Riz de Côte d’Ivoire (FESTIRIZ CI)
Du vendredi 23 avril 2021 au dimanche 25 avril 2021 :
Village de Pâques
Du samedi 03 avril 2021 au lundi 05 avril 2021 : A partir de 10h
Kouté Village, Espace terrain noir
Bouaké Paquinou Festival 2021
Du vendredi 02 avril 2021 au lundi 05 avril 2021 : Au Centre Culturel Jacques Aka
Kerozen en concert de l'élévation
Le samedi 20 mars 2021 : A 16h
Nous Suivre

NEWSLETTER