Accueil News Article News

Chantre Esther Amankou, une voix qui a pris la voie du Très Haut

Publie le vendredi 31 janvier 2020

L’histoire de cette jeune femme a commencé il y a un peu plus de quatre ans, à Munich. Partie pour des vacances chez sa cousine, en Allemagne, comme les jeunes filles de son âge, Fatoumata décide un soir de faire une sortie en boîte de nuit avec ses sœurs. Cette nuit-là, elle et ses sœurs (toutes des musulmanes comme elle) se retrouvent dans la chaude ambiance d’un night-club munichois. Fatoumata se fait servir une boisson. Au moment de boire, elle se rend compte que sa main et son verre tremblent. Comme ce n’est pas la première fois qu’elle vient dans une boîte de nuit et qu’elle n’est pas atteinte de la maladie de Parkinson, elle comprend qu’il se passe quelque chose d’anormal. Elle veut boire, mais son verre tremble tellement fort que, prise de panique, elle le jette. Dès lors, au milieu des décibels, une voix se fait entendre dans sa tête, audiblement : « Tu n’as pas ta place ici, ma fille ! » La voix, c’est celle de Jésus qui insiste et lui demande de se consacrer à Lui. « Comment ? Moi, une musulmane ? C’est quelle histoire ? », se demande-t-elle incrédule. « J’ai besoin de toi », insiste encore la voix. La vie de cette jeune femme va basculer alors après cette rencontre. Son cœur est touché, pénétré par l’Esprit de Dieu.

Quelque temps plus tard, elle prend le chemin de l’église. Evidemment, elle abandonne la religion musulmane. Une Koné qui va suivre Jésus ! Ce n’est pas du goût de sa famille qui la renie aussitôt (Mais elle l’acceptera plus tard). L’appel du Christ est irrésistible. Fatoumata Koné prend le nom Esther, comme la reine. Elle commence à chanter à l’église. Sa voix étonne, elle se déploie comme on déroule un parchemin.

Trois ans après avoir commencé à chanter dans les églises, Esther décide de graver une première chanson pour le Seigneur. Sous la direction de l’arrangeur Maxime Amankou, la chantre Esther enregistre ‘’Initché’’ (merci, en Malinké), avec comme sous-titre ‘’faveur Divine’’. Une première chanson, un premier cantique dans lequel elle n’a qu’un seul mot à la bouche : Merci. Une manière pour elle de rendre grâce à Jésus et de lui témoigner toute sa reconnaissance d’avoir changé sa vie. En attendant de savourer ses prochaines œuvres, dégustons avec admiration ce cantique !

M. Jésus

Source: Topvisages.net


Lire aussi

AGENDA

INFOS GAZOILS

Le mercredi 31 décembre 1969 :
Nous Suivre

NEWSLETTER