Accueil News Article News

COVID-19 : Les patrons de bars et maquis de Marcory appellent à l’aide

Publie le lundi 11 mai 2020

Sommés de fermer depuis deux mois, les tenanciers de bars et maquis de la commune de Marcory à Abidjan n’en peuvent plus. Ils ont révélé à la presse le vendredi 8 mai dernier au Monument Bar de Marcory avoir transmis des courriers au Maire de la commune, au Burida et à leurs fournisseurs. « Nous avons demandé au maire de Marcory de plaider auprès des autorités en notre faveur et d’annuler les taxes. Nous voudrions aussi que le Burida nous soulage de la redevance pour les droits d’exécution publique des œuvres. Enfin, nous sollicitons nos fournisseurs à nous soutenir pendant cette période difficile », a énuméré Eric Claude Gaba, président du Groupement des établissements de divertissement nocturne de Marcory (GEDNOMA) et gérant du Klimax Night Star.

Etablissements à faible trésorerie, les bars et maquis subissent de plein fouet les effets néfastes du covid-19 après la fermeture. « C’est difficile. Nos employés ne mangent plus. Et en plus, il y a une accumulation de charges liée à cette crise sanitaire mondiale. Comme nous avons des ressources au jour le jour, dès qu’il y a blocage, ça devient compliqué pour nous », a expliqué Ange Beugré, le Secrétaire général du Gednoma et promoteur de la Cave des Grâces. Les difficultés subies par les espaces de loisirs sont d’ordre financier que sécuritaire. Les responsables doivent payer les taxes forfaitaires, le Burida, le loyer et les factures d’eau et d’électricité. Depuis la fermeture et le couvre-feu, de nombreux maquis et bars ont été cambriolés. Fatigués et presque désemparés, leurs propriétaires ont saisi le ministère du Tourisme et des Loisirs pour bénéficier du fonds d’aide aux entreprises et commerces que l’état de Côte d’Ivoire a annoncé dans le cadre de la riposte économique et sociale. La tutelle les a orientés vers l’Agence Côte d’Ivoire PME, chargée de la mise en œuvre pratique du fonds. « Pour le fonds promis, nous n’avons encore rien reçu comme soutien. Nous demandons à l’état d’accélérer le processus. Même si on devrait rouvrir, il faudrait que la reprise soit soutenue sinon, ce sera très difficile », a soutenu le président du Gednoma.

Source: Live.ci


Lire aussi

AGENDA

INFOS GAZOILS

Le mercredi 31 décembre 1969 :
Nous Suivre

NEWSLETTER