Accueil News Article News

Critiques acerbes contre les artistes

Publie le vendredi 10 janvier 2020

Le public ivoirien est réputé pour ses critiques durs à l’encontre de ses artistes, notamment ceux du coupé décalé. Une tendance qui s’est amplifiée avec l’arrivée des réseaux sociaux.

L’artiste Safarel Obiang en a fait les frais, il y a quelques mois. Son concept ‘Ahoco’ a été durement critiqué pour ses analogies avec la masturbation. Rejetant ces accusations en bloc, Safarel avait plutôt affirmé vouloir faire la promotion d’un instrument de musique traditionnel en pays Baoulé.

Récemment, au cours d’une émission télévisée, il a invité le public à faire preuve de solidarité envers les artistes. Pour lui, les injures peuvent être très frustrantes et conduire au découragement. Notamment pour les jeunes artistes qui démarrent. «Le milieu du coupé-décalé n’est pas facile. Je pense qu'il est mieux d’encourager. Ou de passer son chemin. Quand on insulte ou on dénigre ton travail, ça démotive», a-t-il soutenu.

Pour ceux qui tiennent à faire des observations sur le travail d’un artiste, Safarel Obiang préconise de «trouver des façons de dire sans offusquer». Rappelons que l’artiste est de retour depuis quelques semaines avec une nouvelle inspiration baptisée ‘’Chaka Zulu’’. Un concept qui fait la promotion des valeurs incarnées par le charismatique guerrier sud-africain.

Source: fratmat.info


Lire aussi

INFOS GAZOILS

Virée à Assinie
Le samedi 18 avril 2020 : De 09h00 à 17h00
Nous Suivre

NEWSLETTER