Accueil News Article News

Gims : son ex-manager, accusé d'escroquerie

Publie le jeudi 03 septembre 2020

Malgré lui, Gims va être au centre d'un procès, ce jeudi 3 septembre. Un ex-manager du chanteur est actuellement poursuivi pour escroquerie et détournement par Universal. Le mis en cause nie les accusations portées contre lui.

En plus d'être un artiste talentueux, qui vend des millions de disques, Gims est un homme d'affaires. Depuis le début de sa carrière, le rappeur a notamment lancé sa marque de vêtements, Vortex Vx, en 2013. La même année, toujours pour se diversifier, il lance son propre label, Monstre Marin Corporation, qui sera affilié à Universal. Sauf que très vite, la belle histoire se transforme en cauchemar. La faute à une recrue, un Label manager, qui se retrouve en procès ce jeudi 3 septembre au tribunal de Créteil pour escroquerie, comme le raconte le quotidien Le Parisien.

291.000 euros détournés

En 2015, Gims, qui se faisait encore appeler Maître Gims à l'époque, veut produire un album avec ses frères. Le projet Djuna Family est lancé, et Universal débloque 90 000 euros. Problème : 40 000 euros ont déjà été versés dans le passé, et Gims n'en sait rien. Universal explique avoir remboursé plusieurs factures pour ce projet. Et c'est ainsi, en fouillant dans la comptabilité, qu'Universal prend la mesure de l'ampleur de l'escroquerie : selon Le Parisien, des dizaines de factures remboursées par Universal sont des faux. Billets d'avion, location de limousines au nom de la chanteuse Vitaa, et bien d'autres choses : de nombreux frais ne correspondent en réalité à rien. Le total s'élève à 291 000 euros détournés. Très vite, les prestataires incriminés avouent avoir reçu des remboursements de la part d'Universal alors que les factures étaient bidons. Ils disent avoir ensuite reversé l'argent récolté à ce fameux manager, devenu entre temps directeur artistique. Toujours selon le quotidien, le principal mis en cause dans l'affaire nie en bloc les accusations, et assure que ces factures sont réelles. Il plaide le complot. Selon ses dires, Gims lui devrait près de 900 000 euros et tenterait de monter tout le monde contre lui. Une hypothèse qui n'a pas vraiment été retenue par les enquêteurs. C'est maintenant à la justice de faire la lumière.

Source: Voici

Source: Autre Presse


Lire aussi

AGENDA

INFOS GAZOILS

Le mercredi 31 décembre 1969 :
Nous Suivre

NEWSLETTER