Accueil News Article News

Gnakrou Josey Priscille : Je ne me voyais pas être assise dans un bureau pour poursuivre une carrière administrative

Publie le jeudi 08 mars 2018

Josey a été véritablement révélée au grand public grâce à sa chanson « Diplôme ». Dans une interview accordée à nos confrères d’Abidjanshow.com, la chanteuse retrace l’histoire de ce tube.

Abidjanshow : Bonjour Josey, peux tu te présenter aux ivoiriens ?
Gnakrou Josey Priscille : Je m'appelle Gnakrou Josey Priscille. Je suis artiste chanteuse ivoirienne. Je suis originaire de sud de la Côte d'Ivoire précisément de la ville de Fresco.

AS : Tu es l'une des plus belles voix du continent, avec des prix remportés un peu partout, est-ce qu'on peut avoir tes impressions ?
GJP : C'est un honneur pour moi de faire partie des voix qu'on peux citer en exemple ou en référence en terme de qualité vocale et j'en suis très heureuse, ça me fait plaisir.

AS : Avant ta rencontre avec la musique, quel a été ton parcours ?
GJP : Ma rencontre avec la musique s'est faite dès le bas âge à l'église, ensuite j'ai eu un cursus scolaire normal et quand j'ai eu mon bac, j'hésitais entre la filière de droit et poursuivre une carrière musicale. Mais je penchais plus pour la musique, mais mes parents me demandais de suivre mes études normalement parce que pour eux en Afrique, particulièrement en Côte d'ivoire on ne pouvais pas vivre de la musique. Alors j'ai suivie le conseil de mes parents je suis allée à l'école. Et la première année de droit vu que je n'étais pas concentrée je n'ai pas validé mon année. Et c'est comme ça que j'ai eu envie de passé le concours pour entrer en l'ENA (Ecole Normale d'Administration). J'ai passé le concours d'entrée à l'ENA par hasard parce que c'est un concours qui est très sélectif et Dieu merci il a marché. Mais a travers ce concours, c'était de prouver a mes parents que si je voulais vraiment étudier je pouvais y arriver mais c'était pas ce que je voulais vraiment faire mais c'est parce que je voulais les écouter que j'ai voulu, quand même, aller dans cette école qui est une école d'excellence. Donc je suis rentrée a l'ENA. J'ai fait ma formation pratique et ma formation théorique et a la fin de la formation, à l'ENA, j'ai vu mon père et je lui ai dit que voilà j'ai fini ma formation mais aujourd'hui je suis grande et comme orientation pour ma vie je ne me vois pas être assise dans un bureau pour poursuivre une carrière administrative et que j'ai toujours voulu chanter. Et il m'a dit de toute manière maintenant tu es grande si c'est vraiment la musique que tu veux faire, tu peux faire la musique si ça ne marche pas tu pourras revenir faire tes études les diplômes ça ne pourrit pas c'est comme ça que officiellement j'ai fait mes premiers pas dans la musique en participant au concours panafricain qui m'a révélé aux yeux du public de façon officiel 

AS : Peut-tu nous parler de ton entrée dans le monde du showbiz ivoirien ?
GJP : Mon entrée dans le monde du showbiz ivoirien c'est fait beaucoup plutôt on va dire en classe de 4ème je ne peux pas me rappeler exactement de l'âge que j'avais ou je suis entrée pour la première fois dans un studio d'enregistrement. C'était avec le groupe marteau pilon. j'ai commencé a faire les choeurs, et je suis devenue requin de studio parce qu'après eux j'ai voulu continuer parce que j'aimais. Et comme je ne pouvais pas me montrer parce que mes parents n'étaient pas d'accord que je fasse la musique ça m'arrangeait bien de faire les coeurs des artistes comme ça je ne suis pas au devant de la scène. 

AS : Dans les débuts, as-tu rencontré des soucis dans le milieu ?
GJP : Mes soucis dans les débuts étaient plus au niveau de l'apprentissage parce qu'en faisant les choeurs de certains artistes en tant que débutant forcement on se fait exploiter, tu chantes pour une petite sommes mais lorsque le produit fini sort l'artiste rencontre beaucoup plus de succès alors tu te dis j'aurais du taxer plus fort, voilà. On m'a exploiter comme tout débutant qui ne connait pas dans ce monde de requins. J'ai chanté dans des bars, des cabarets ou je n'étais pas payer comme il se devait, et je chantais toute la nuit, de 20h jusqu'a parfois 2h du matin

Pour l'intégralité voir vidéo ci-dessous

Source: Live.ci

Vidéo de l'article



Lire aussi

INFOS GAZOILS

Dj Arafat en concert live
Le samedi 29 décembre 2018 : A 14h A l'Ivoire Golf Club
Salif Keita & Amy Koita en concert
Du samedi 29 décembre 2018 au lundi 31 décembre 2018 : Le 29 à 20h au Sofitel Abidjan Hotel Ivoire Le 31 à 15h au Palais de la Culture
Fally Ipupa en concert live
Du vendredi 28 décembre 2018 au dimanche 30 décembre 2018 : Le 28 à 20h au Sofitel Abidjan Hotel Ivoire Le 30 à 17h à l'INJS Marcory
Dena Mwana en concert live
Le dimanche 23 décembre 2018 : A 15h
Damso en concert
Le dimanche 23 décembre 2018 : A 15h
Nous Suivre

NEWSLETTER