Accueil News Article News

Nash craque et pleure : « J'en ai marre d'être salie »

Publie le mardi 22 décembre 2020

Excédée par les rumeurs qui font état de ce qu’elle serait adepte de lesbianisme, Nash a fini par craquer !

Elle avait déjà confié ne pas l’être et d’avoir un homme dans sa vie. N’empêche, cela n’a pas suffit à refroidir les ardeurs des commères qui continuent de soutenir que “la go cracra du djassa” a une orientation sexuelle lesbienne.

“J’en ai marre d’être salie”

Nash a ce jour publié la photo d’elle et son homme, accompagné du message ci-dessous.

À partir d’aujourd’hui, fermez vos gueules une bonne fois pour toute après cette photo et ce post. Si ça peut vous faire plaisir. Occupez-vous de vos vies de merde.

Voici celui qui partage ma vie que j’aime énormément et qui m’aime avec mon style et telle que je suis, il me connait mieux que vous tous. Je vous ai toujours dit qu’il ne vit pas ici.

J’en ai marre d’être salie .j’ai choisi de marcher avec le seigneur JÉSUS pour faire les choses comme lui il veut. Donc laissez-moi mener ma vie selon les instructions du Saint-Esprit.

Pardon à toute ma famille, mes proches, qui seront blessés de voir mon chéri exposé.

NB: À toi bb, pardonne-moi de t’avoir mis sur les réseaux sociaux, je m’étais jurée et je t’avais promis de ne pas le faire jusqu’à ce que, toi et moi le décidions, mais je suis un être humain et ma réputation compte plus que tout . Il est écrit dans la bible que la réputation d’une personne vaut mieux que l’or. Papa Lasme Justin pardon, maman Mireille, ma famille, mon staff, pardonnez-moi mais comprenez-moi, je n’en peux plus, j’ai craqué. J’ai toujours laissé tomber je me suis trop tu comme on me l’ a demandé mais là je suis fé.

Espérons que cela satisfera les fans et autres observateurs qui selon le sérail de Nash, devraient avoir les yeux tournés sur les actions que l’artiste Ambassadrice de l’UNICEF mènent pour les communautés et la culture ivoirienne.

Source: Life Mag


Lire aussi

AGENDA

INFOS GAZOILS

Le mercredi 31 décembre 1969 :
Nous Suivre

NEWSLETTER