Accueil News Article News

Nigéria : accusé d’avoir maltraité Davido, Chioma réagit

Publie le mercredi 17 juin 2020

Dans une récente sortie sur les réseaux sociaux, Chioma Rowland a démenti la rumeur selon laquelle son fiancé, Davido, et elle se seraient agressés physiquement.

Au cœur d’une polémique qui fait grand bruit sur la toile depuis quelques jours, Chioma Rowland a sifflé la fin de la récréation. La fiancée de Davido est accusée d’être la responsable de l’accident de son compagnon, qui a vu sa jambe fracturée. Selon Gist Loveur, un blogueur, le couple s’était violemment disputé après que Chioma a appris que le chanteur a eu un nouvel enfant avec une maquilleuse britannique. Une nouvelle qui aurait rendu folle de rage la jeune dame qui aurait poussé son homme au bas de l’étage. Une chute qui a pour conséquence la jambe fracturée de David Adeleke. Sur les réseaux sociaux, l’artiste nigérian a partagé des images de sa jambe, enroulée dans des bandelettes et lui-même se tenant sur des béquilles.

Réagissant à ces nouvelles qui ont fait le tour de la toile ces derniers jours, Chioma Rowlands a déclaré qu’elle a toujours su à quoi s’attendre des blogueurs, depuis qu’elle est en couple avec une célébrité. Dans une publication diffusée, mardi, sur ses canaux sociaux, la jeune mère a nié avoir eu une quelconque dispute avec son compagnon au point de causer sa blessure à la jambe, telle qu’annoncé par les médias. «Je sais que vous aimez absolument diffuser toutes sortes de rumeurs et d’histoires pour votre divertissement et je sais depuis le premier jour à quoi m’attendre des blogs et d’internet, en particulier avec moi-même et ma famille dans l’espace public. Je ne suis jamais sortie pour répondre à un blogueur ou réagir à des rumeurs auparavant, car franchement, je n’ai jamais eu la nature de m’engager dans des batailles en ligne ou de faire trop attention aux médias sociaux« , commença-t-elle.

« Mais je dois dire que j’ai trouvé assez troublantes, les histoires de violence domestique entre David et moi, et que je ressens le besoin de parler. La violence domestique et la maltraitance ne sont PAS des plaisanteries et ne doivent jamais être prises à la légère. Il n’y a jamais eu d’incident de maltraitance chez moi. Il n’a jamais levé un doigt de ma vie pour me toucher et je ne l’ai même pas poussé. Je crois qu’avec tout ce que nous colportons en tant qu’êtres humains, que ce soit hors ligne ou en ligne, nous devrions avoir un peu plus peur de Dieu, surtout lorsque nous parlons de choses dont nous ne savons absolument rien. Je ne sais pas d’où ces histoires ont commencé dans le monde, mais je veux m’assurer que tout le monde se préoccupe, qu’il soit faux ou réel, que cela ne se soit jamais produit et ne se produira jamais« , a-t-elle ajouté.

Source: BeninWebTV

Source: Autre Presse


Lire aussi

AGENDA

INFOS GAZOILS

Le mercredi 31 décembre 1969 :
Nous Suivre

NEWSLETTER