Accueil News Article News

Raymond Alex Loukou, initiateur du projet ‘’Une toile pour la paix’’

Publie le lundi 07 octobre 2019

« On peut faire l’économie de la guerre en investissant tout simplement dans la paix »

Journaliste web, par ailleurs initiateur du projet ’’Une toile pour la paix’’, Raymond Alex Loukou explique dans cet entretien le bien-fondé de son projet artistique qui a une portée sociale.

Une toile pour la paix. De quoi parle le projet exactement ?

‘’Une toile pour la paix ‘’est un projet artistique qui a une portée sociale. En un mot  comme en mille, c'est l’éducation, la sensibilisation aux notions de paix à travers les arts visuels notamment la peinture.

De quoi s’agit-il exactement ?

Il s’agit pour l’équipe porteuse du projet d’aller dans une commune donnée du pays pour réaliser le projet. Lorsque la commune sollicitée adopte le budget relatif à l’exécution du projet et l’équipe se rend dans ladite commune pour mettre à exécution le projet.  Pendant  une semaine, les 30 enfants dont l’âge varie de 7 à 17 ans sont formés aux notions de paix à travers les tableaux d' art. Ce travail est réalisé par Djeka, un  artiste-plasticien qui n'est plus à présenter en Côte d' Ivoire parce qu’il  fait partie des artistes qui ont toujours exécuté des projets relatifs à la paix avec comme support les arts visuels. Au terme de cette formation, un vernissage est prévu pour mettre en lumière les travaux des enfants. 30 toiles individuelles seront exposées en plus de 2 autres de dimensions plus grandes qui seront l’œuvre d’un travail collectif. L’une de ces deux toiles sera offerte à la commune-hôte et l’autre retenue pour une exposition finale après que la caravane ait parcourue un certain nombre de commune. Au cours de cette exposition, les recettes obtenues seront reversées soit à une organisation caritative, soit à une organisation qui milite pour la paix. C'est notre contribution à l’édification d’une nation pacifiste.

Le projet va t-il s’arrêter uniquement à cet aspect ?

Loin de là. Pour assurer la pérennité d’un tel projet,  nous voulons nous associer à la faîtière des municipalités l' Uvicoci ( Union des villes et communes de Côte d' Ivoire ) en faisant en sorte que les toiles réalisées par les enfants soient éditées sous forme de timbres municipaux de sorte qu' on puisse prélever un quota sur la mise en vente des timbres pour pérenniser le projet. Nous le ferons également avec la Poste de Côte d' Ivoire pour les timbres postaux.

Qu'est-ce que les communes gagnent  à soutenir le projet ?

Il ne faut surtout pas voir les choses en termes de gain. Ce qu'il faut retenir c'est la question suivante : Quel sera l’impact de ce projet sur les communes de Côte d' Ivoire ? N'oublions pas que les communes de Côte d' Ivoire ont payé un lourd tribut pendant la crise militaro-civile. Elles ont dû abriter le flot humain qui fuyait les zones sous contrôle gouvernemental. Ce sont ces genres de situation que nous voulons effacer de nos mémoires. Ce projet est donc une opportunité pour les communes de semer les graines de la paix afin d’éviter la survenue des crises.

Pensez-vous enrayer la guerre à travers le projet ?

Ce serait prétentieux de notre part mais cela reste tout de même un idéal à atteindre. Je crois que c'est l'ex-secrétaire général de l' Unesco qui a eu la bonne formule et je cite : " La guerre prenant naissance dans l'esprit des hommes, c'est dans l'esprit des hommes qu'il faille élever les défenses de la paix ". C'est justement dans l'esprit des hommes surtout des enfants qu'il faille planter les graines de la paix afin que les nations soient définitivement à l' abri des conflits qui nous déshumanisent. Si ce projet est perçu de cette façon, nous aurions réussi notre mission...

 

Qu' attendez-vous des gouvernants ?

Nous souhaitons tout simplement qu’ils accompagnent le projet parce que la paix n’a pas de prix. On peut faire l’économie de la guerre en investissant tout simplement dans la paix. Ce qui est paradoxal dans l' affaire , c'est qu'il y a la commune de Maugio en France et Boves en Italie qui ont vite fait de marquer leur adhésion à ce projet en décidant de faire un jumelage avec deux communes de Côte d' Ivoire qui auront accepté d' exécuter le projet. C'est vous dire que la question de la paix transcende les frontières. La paix est un enjeu mondial. Il y va de l’intérêt de nos autorités. J'invite toutes les communes de Côte d' Ivoire, les opérateurs culturels et les opérateurs économiques à s’intéresser à ce projet qui a une portée sociale. En éduquant les enfants aux notions de paix nous les préservons des mauvaises voies et c'est l’Etat qui s’en porterait mieux. Nous appelons donc toute la population ivoirienne à adhérer à ce projet. Le plus grand bénéficiaire ,c'est la nation ivoirienne.

Entretien réalisé par

R. K.

Source: Live.ci


Lire aussi

AGENDA

INFOS GAZOILS

Le mercredi 31 décembre 1969 :
Nous Suivre

NEWSLETTER