Accueil News Article News

Reggae, afropop, afrobeats : la sélection musicale du « Monde Afrique »

Publie le jeudi 28 mai 2020

Chaque mercredi, Le Monde Afrique vous présente trois nouveautés musicales issues ou inspirées du continent. Cette semaine, coronavirus oblige, les clips choisis sont le reflet des mesures de confinement prises à travers la planète et auxquelles l’Ivoirien Tiken Jah Fakoly au Mali, la Gabonaise Pamela Badjogo en France et le Nigérian WurlD aux Etats-Unis ne dérogent pas.

« Corona, on va te foutre dehors/Corona, tu vas pas t’installer ici. » Ainsi commence le nouveau morceau de Tiken Jah Fakoly, dont l’enregistrement et le tournage du clip ont eu lieu au Mali, où le reggaeman ivoirien est installé depuis 2002. La vidéo montre le chanteur de 51 ans dans son studio aux couleurs panafricaines, mais aussi dans les rues de Bamako, où il évite de serrer la main des habitants mais leur distribue des masques vert-jaune-rouge « made in Africa », joignant ainsi les gestes barrières aux paroles qui appellent à leur respect.

La Gabonaise Pamela Badjogo a profité du confinement pour faire passer un message féministe à travers le clip de Respectez-nous, un morceau afropop issu de son futur album, Kaba, où elle aborde de façon dansante mais à huis clos les sujets des violences faites aux femmes et des inégalités entre les sexes. Née en 1982 à Libreville, la chanteuse a longtemps vécu au Mali puis s’est installée à Lyon, en France. Avant de se lancer en solo, elle a notamment officié comme choriste auprès de Salif Keïta, Oumou Sangaré et… Tiken Jah Fakoly.

Clip plus minimaliste pour le Nigérian WurlD, qui a mis en ligne une « quarantine video » où on le voit chanter et se déhancher face caméra, en plan serré à travers un filtre bleu (la couleur de ses cheveux), depuis son domicile d’Atlanta, aux Etats-Unis, où il vit depuis l’adolescence. Le morceau en question, National Anthem, figure sur son EP AfroSoul, paru le 15 mai. De son vrai nom Sadiq Onifade, l’artiste de 33 ans décrit cet opus de sept titres comme une « fusion d’afrobeats et de sonorités électroniques et soul ».

Source: lemonde.fr


Lire aussi

INFOS GAZOILS

Le mercredi 31 décembre 1969 :
Nous Suivre

NEWSLETTER